Sur un réseau international autour de Tolkien

Click here for the English version.

Hier soir, j’ai été prise d’une soudaine envie de m’inscrire à la « Sociedad Tolkien Española », dont je suis de – très loin – les activités depuis quelques temps. Ma to-do list pour l’association Tolkiendil contient l’item « se réinscrire comme smial de la Tolkien Society ». Ma to-do list personnelle inclut « participer/répondre au Tolkien Experience Project » de Luke Shelton.

            Au-delà des problématiques autour de la gestion de mon temps que cela induit, ces éléments me font penser au projet avorté de Louis Epstein (National Tolkien League) dans les années 1980 aux États-Unis : il avait envoyé une lettre à plusieurs dirigeants de communautés de fans et autres fans éminents de l’époque dans l’objectif de fonder un « White Council » qui serait le point de référence pour tous les fans de Tolkien. Le projet était ambitieux et n’a pas du tout trouvé l’écho souhaité auprès des multiples communautés déjà existantes à l’époque (pour de multiples raisons que je détaille dans ma thèse).  

            Ce projet répondait pourtant à des problématiques qui n’ont fait que s’accentuer au fil des décennies, en particulier dans l’ère numérique où les informations circulent vite mais par de multiples canaux jusqu’à nous submerger. Comment produire une recherche qui soit à la fois innovante, pertinente et inclusive dans un contexte de prolifération de sources d’informations ? Comment valoriser les communautés nationales non-anglophones aux yeux à la fois des fans du même pays et de ceux d’autres aires linguistiques ? Est-il envisageable et souhaitable de créer une supra-communauté qui rassemblerait – et le public visé est déjà tout un programme – des fans ou des chercheurs de tous les pays ?

            Les initiatives qui vont dans le sens d’un partage des événements consacrés à l’œuvre de Tolkien et à son étude ne manquent pas, avec en particulier la page Facebook « International Tolkien Fellowship » gérée par Becky Dillon et Marcel Aubron-Bülles, qui communique sur la multitude d’événements dans de multiples langues qui ont lieu à travers le monde. Il y a quelques mois, l’association espagnole (STE) avait contacté Tolkiendil dans l’objectif de lancer un groupe Whatsapp de communication entre administrateurs de communautés européennes, et dans le même temps j’ai répondu à une interview de la part du Smial Montaraz (de la STE donc) pour le compte de Tolkiendil, ce qui va dans le sens de ce rapprochement entre communautés de différents pays. Luke Shelton, éditeur de Mallorn pour la Tolkien Society, a pour projet d’y publier des articles de chercheurs étrangers.

En parallèle, mon activité de recherche et ma participation ou présence à des colloques ou séminaires m’ont amenée à croiser d’autres chercheurs sur l’œuvre de Tolkien ou des sujets proches. La Tolkien Society a par exemple proposé à ce sujet une table ronde volontairement internationale lors de l’Oxonmoot 2020, à laquelle j’ai été invitée (animée par Luke Shelton, sous le nom « New Voices in Tolkien Scholarship »). Lors d’échanges avec Enrico Spadaro (docteur en littérature, il vient de publier sa thèse), il m’avait évoqué l’envie de créer un réseau de jeunes chercheurs autour de Tolkien. Sans aller jusqu’à être un réseau international, cette proposition soulève des questions similaires et complémentaires à celles qui relèvent du réseau de communautés de fans.

Bien évidemment, dans mon expérience personnelle, cela provoque un tourbillon d’envies, sentiments et frustrations liés à ces points :

  • Mes compétences linguistiques me donnent envie de participer à des communautés multiples, d’en connaître les activités, un peu à la manière d’Anders « Beregond » Stenström, Marcel Aubron-Bülles ou Jan Boom… au point de risquer d’être ensevelie sous les informations.
  • Malgré la circulation importante d’information, il est curieux de voir comment les milieux faniques et académiques ne se côtoient encore que de loin (en ce qui concerne la France, les pays anglophones semblent différents en la matière, je ne sais pas pour d’autres pays) : les informations circulent relativement bien (quoique me semble-t-il de manière tronquée), mais les participants bien peu.
  • Quels moyens / vecteurs seraient nécessaires à une meilleure circulation des informations ?
  • Comment favoriser / améliorer les liens internationaux et mieux enrichir mutuellement ces différentes aires de recherches ?
  • Encore plus délicat, une « mutualisation » de la recherche (académique ou amatrice) à l’international et au-delà des publications anglophones, est-elle véritablement souhaitable ? Ne risquerait pas-t-on, du point des communautés, de perdre les identités propres à chaque aire culturelle ?

Je n’ai pas de réponses précises à apporter à ces problématiques, mais j’espère, à terme, pouvoir devenir force de propositions dans ce cadre de réflexion. Vos réflexions et commentaires sont les bienvenus. En attendant, j’ai déjà 10 000 autres projets à mener à bien…


On an international network about Tolkien

Last night I suddenly felt like joining the “Sociedad Tolkien Española”, whose activities I have been following for some time – from far off. My to-do list for the Tolkiendil association contains the item “re-register as a Tolkien Society smial”. My personal to-do list includes “participate / respond to Luke Shelton’s Tolkien Experience Project”.

               Beyond the issues surrounding the management of my time that this entails, these elements remind me of the aborted project of Louis Epstein (National Tolkien League) in the 1980s in the United States: he had sent a letter to several leaders of communities of fans and other prominent fans of the time with the aim of founding a “White Council” which would be the point of reference for all Tolkien fans. The project was ambitious and did not at all find the desired resonance with the multiple communities that already existed at the time (for multiple reasons which I detail in my thesis).

               However, this project responded to issues that have only become more pronounced over the decades, especially in the digital age where information spreads quickly but through multiple channels until it overwhelms us. How to produce research that is at the same time innovative, relevant and inclusive in a context of proliferation of information sources? How to value non-English-speaking national communities in the eyes of both fans of the same country and those of other linguistic areas? Is it conceivable and desirable to create a supra-community which would bring together – and defining the target audience is a challenge per se – fans or researchers from all countries?

               There is no shortage of initiatives aimed at sharing events devoted to Tolkien’s work and his study, in particular with the Facebook page “International Tolkien Fellowship” managed by Becky Dillon and Marcel Aubron-Bülles, which communicates about the multitude of events in multiple languages ​​taking place across the world. A few months ago, the Spanish association (STE) contacted Tolkiendil with the aim of launching a Whatsapp group for communication between administrators of European communities, and at the same time I responded to an interview from Smial Montaraz (of the STE therefore) on behalf of Tolkiendil, which goes in the direction of this rapprochement between communities of different countries. Also, Luke Shelton, Mallorn’s editor for the Tolkien Society, is pushing for a better integration of foreign research papers.

               At the same time, my research activity and my participation or attendance at conferences or seminars have led me to meet other researchers on Tolkien’s work or related subjects. For example, the Tolkien Society proposed a deliberately international roundtable on this subject at Oxonmoot 2020, to which I was invited (moderated by Luke Shelton, under the name “New Voices in Tolkien Scholarship”). During discussions with Enrico Spadaro (PhD in literature, he has just published his thesis), he had mentioned to me the desire to create a network of young researchers around Tolkien. Without going so far as to be an international network, this proposal raises similar and complementary questions to those pertaining to the network of fan communities.

               Obviously, in my personal experience, this causes a whirlwind of envies, feelings and frustrations related to these points:

  • My language skills make me want to participate in multiple communities, to know their activities, a bit like Anders “Beregond” Stenström, Marcel Aubron-Bülles or Jan Boom… to the point of risking being buried under the information.
  • Despite the significant amount of information going around, it is curious to see how fan and academic circles still only come together from afar (with regard to France, the English-speaking countries seem different in this area, I don’t know for sure about other countries): the information circulates relatively well (although it seems to me in a truncated way), but the participants do so very little.
  • What means / vectors would be necessary for a better circulation of information?
  • How to promote / improve international links and better mutually enrich these different areas of research?
  • Even more touchy: is a “common pool” of scholarship (be it academic or fanic) on the global level and beyond the English-speaking world really something to wish for? Wouldn’t we risk, from the fandom point of view, losing the identities proper to each cultural area?

               I have no specific answers to these issues, but I hope, in the long term, to be able to suggest solutions and improve the situation. Your thoughts or insights on this are most welcome. In the meantime, I already have 10,000 other projects to see through…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.