Parcours d’une apprentie chercheuse

Click here for the English version.

Il y a une semaine, j’ai envoyé une version remaniée de ma thèse pour publication. Pour la première fois depuis presque 7 ans, je n’ai plus de travail de recherche de longue haleine devant moi (même si j’ai une communication à venir à un séminaire auquel j’ai bien hâte de participer) … Ce moment symbolique a été l’occasion de retracer mon parcours jusqu’ici.

En 2010 puis en 2011, j’ai fait mes mémoires de M1 puis de M2 en Civilisation Britannique : j’ai navigué à vue, été dirigée par quelqu’un qui n’était pas du tout ni de près ni de loin connaisseur de mes sujets et n’ai pas bien réussi mes travaux, dont le sujet était bien trop glissant et (déjà) pluridisciplinaire pour cette première expérience de recherche. En 2014, Anne Besson m’a fait confiance pour superviser ma thèse. Pendant près d’un an, alors jeune prof à l’Education Nationale, j’ai retrouvé les couloirs de la BNF avec bonheur, à fureter et tenter de cartographier ce qui pouvait me permettre de justifier, théoriser et délimiter mon sujet de thèse.

En 2015, je quitte Paris pour un poste en Hautes-Pyrénées, je m’inscris en thèse et, en raison d’une vie perso qui s’effondre à ce moment-là, passe un an occupée à d’autres choses plus urgentes. Et puis par la suite, je réalise que vivre loin des grandes villes n’est guère pratique pour se documenter, mais cahin-caha, ça avance. Je me déplace à Toulouse, à Paris, à Londres en 2018, puis à Milwaukee aux Etats-Unis en 2019. Mon comité de suivi (Isabelle Pantin et Vincent Ferré qu’ils soient encore ici remerciés) insiste vivement pour que j’avance sur le plan et la rédaction. Et donc petit à petit ça prend forme… A l’automne 2019, Anne Besson m’annonce qu’il faut que je soutienne avant fin 2020, coup de pression, j’ai rédigé à peine 2 chapitres sur les 8 prévus. Je donne un coup de boost, mais en parallèle d’un poste dans un nouvel établissement à Toulouse, c’est compliqué. Le confinement du printemps 2020 est venu me faciliter la tâche (mes élèves et étudiants ayant globalement disparu du circuit) et finalement j’ai pu soutenir le 6 novembre dernier.

A posteriori, je vois apparaître mon évolution en tant qu’apprentie chercheuse, tout comme je vois, en parallèle, comment l’accumulation des années d’expérience d’enseignement font de moi l’enseignante que je suis aujourd’hui. C’est amusant de retomber sur mes premiers fichiers de prise de notes ou de réflexion de 2014 ou 2015, c’est un peu douloureux de relire les premières versions des premiers morceaux de chapitres rédigés fin 2017…mais ce qui est le plus fascinant c’est de voir que cette sensation d’avoir avancé et de progresser est valable à chaque instant pour ce que j’ai produit dans la période qui précède. Lorsqu’au printemps de cette année je me suis repenchée sur la thèse pour déterminer ce qui pouvait être modifié ou supprimé pour une publication, j’ai réagi à la relecture des 450 pages de texte comme à la correction d’une copie : devant mon propre travail fini, fignolé et relu des dizaines de fois quelques mois plus tôt, j’avais des foules de remarques et de corrections à proposer. J’avais pris du recul sans m’en rendre compte. Moi qui, malgré le doctorat en poche, me voyais toujours comme l’étudiante de master que j’avais été il y a 10 ans, un peu perdue dans les grands couloirs de la BNF, j’ai soudain réalisé que j’avais parcouru un sacré bout de chemin. Et lorsque, à travers Tolkiendil, j’ai eu l’occasion ces dernières semaines de donner des coups de main, conseiller et corriger de jeunes étudiantes en Master, j’ai compris que j’en étais capable et que oui, si j’étais docteure, c’est que j’avais acquis certaines compétences de chercheuse.

Il y a 7 ans je me suis lancée dans l’aventure sans trop savoir à quoi m’attendre et surtout sans objectif professionnel de recherche derrière. Je souhaitais continuer à apprendre, être stimulée, et toujours chercher le meilleur de moi-même. Et de manière inattendue, j’ai pris goût à la recherche, j’ai tellement aimé mon sujet que j’aimerais pouvoir y consacrer de nombreuses autres années, tout comme j’aimerais accompagner de jeunes étudiants qui tâtonnent à leur tour comme je l’ai fait « il n’y a pas si longtemps ». En fin de compte, j’ai été prise par surprise et j’attends avec impatience la suite…car je sais que je ne suis encore qu’une apprentie chercheuse.

 


Journey of a Researcher’s Apprentice

A week ago, I sent a revised version of my thesis for publication. For the first time in almost 7 years, I no longer have any long-term research work in front of me (even if I still have a talk at a seminar which I am looking forward to) … This symbolic moment led me to reflect on my experience until now.

A week ago, I sent a revised version of my thesis for publication. For the first time in almost 7 years, I no longer have any long-term research work in front of me (even if I have a talk at a seminar which I am looking forward to) … This symbolic moment led me to reflect on my experience until now.

In 2010 and then in 2011, I did two dissertations for my master’s degree in British Civilization (there’s one dissertation for each year of Master’s Degree in France): I plodded blindly onwards, was directed by someone who was not at all familiar with my subjects and I did not do well in my work, the subject of which was far too slippery and (already) multidisciplinary for this first research experience. In 2014, Anne Besson trusted me enough to accept supervising my Ph. D. For nearly a year, then a young teacher (civil servant at the “Education Nationale”), I happily found my way back to the corridors of the Bibliothèque Nationale de France, browsing and trying to map what could allow me to justify, theorize and delimit my thesis subject.

In 2015, I left Paris for a position in the department of Hautes-Pyrénées, I registered for my Ph. D. and, due to a personal life that fell apart, spent a year occupied with other more urgent things. . And then, I realized that living far from big cities is hardly practical for research, but well it kept going. I travelled to Toulouse, Paris, London in 2018, then to Milwaukee in the United States in 2019. My monitoring committee (Isabelle Pantin and Vincent Ferré, many thanks to them again) strongly insisted that I move forward on the structure of the thesis and the writing process. And so little by little it took shape … In the fall of 2019, Anne Besson told me that I had to defend before the end of 2020, huge pressure, I had barely written 2 chapters out of the 8 planned. I gave it a boost, but alongside a job at a new high school in Toulouse, it’s complicated. The lockdown in spring 2020 made my task easier (my pupils and students having generally vanished) and finally I was able to defend on November 6.

In retrospect, I see my evolution as a researcher’s apprentice, just as I observe simultaneously how the years of teaching experience make me the teacher that I am today. It’s fun to have a look at my first notes or reflection files from 2014 or 2015, it’s a bit painful to reread the first drafts for my first chapters written at the end of 2017 … but what is most fascinating is to see that this feeling of improving is valid at all times for what I have produced in the preceding period. When in the spring of this year I looked back at my thesis to determine what could be modified or deleted for a publication, I reacted to the re-reading of the 450 pages of text as to the correction of a student’s exam: reading my own work, polished and corrected dozens of times a few months earlier, I had loads of comments and corrections to implement. I had stepped back without realizing it. Despite having a Ph D., I still saw myself as the master’s student that I had been 10 years ago, a little lost in the large corridors of the BNF – and so I suddenly realized that I had moved forward quite a bit. And when in recent weeks, through Tolkiendil, I had the opportunity to lend a hand, advise and correct young master’s students, I understood that I was capable of it and that yes, if I was a doctor, it is because I had acquired certain research skills.

Seven years ago I embarked on the adventure without really knowing what to expect and especially without a professional research objective in mind. I wanted to continue to learn, to be stimulated, and to always seek the best of myself. And unexpectedly, I loved research, I appreciated my subject so much that I would like to be able to devote many more years to it, just as I would like to accompany young students who in turn struggle as I did “not so long ago”. In the end, I was taken by surprise and am looking forward to the next step…because I know I’m still a researcher’s apprentice.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.