Tous les articles par Laura Martin-Gomez

Parcours d’une apprentie chercheuse

Click here for the English version.

Il y a une semaine, j’ai envoyé une version remaniée de ma thèse pour publication. Pour la première fois depuis presque 7 ans, je n’ai plus de travail de recherche de longue haleine devant moi (même si j’ai une communication à venir à un séminaire auquel j’ai bien hâte de participer) … Ce moment symbolique a été l’occasion de retracer mon parcours jusqu’ici.

En 2010 puis en 2011, j’ai fait mes mémoires de M1 puis de M2 en Civilisation Britannique : j’ai navigué à vue, été dirigée par quelqu’un qui n’était pas du tout ni de près ni de loin connaisseur de mes sujets et n’ai pas bien réussi mes travaux, dont le sujet était bien trop glissant et (déjà) pluridisciplinaire pour cette première expérience de recherche. En 2014, Anne Besson m’a fait confiance pour superviser ma thèse. Pendant près d’un an, alors jeune prof à l’Education Nationale, j’ai retrouvé les couloirs de la BNF avec bonheur, à fureter et tenter de cartographier ce qui pouvait me permettre de justifier, théoriser et délimiter mon sujet de thèse.

En 2015, je quitte Paris pour un poste en Hautes-Pyrénées, je m’inscris en thèse et, en raison d’une vie perso qui s’effondre à ce moment-là, passe un an occupée à d’autres choses plus urgentes. Et puis par la suite, je réalise que vivre loin des grandes villes n’est guère pratique pour se documenter, mais cahin-caha, ça avance. Je me déplace à Toulouse, à Paris, à Londres en 2018, puis à Milwaukee aux Etats-Unis en 2019. Mon comité de suivi (Isabelle Pantin et Vincent Ferré qu’ils soient encore ici remerciés) insiste vivement pour que j’avance sur le plan et la rédaction. Et donc petit à petit ça prend forme… A l’automne 2019, Anne Besson m’annonce qu’il faut que je soutienne avant fin 2020, coup de pression, j’ai rédigé à peine 2 chapitres sur les 8 prévus. Je donne un coup de boost, mais en parallèle d’un poste dans un nouvel établissement à Toulouse, c’est compliqué. Le confinement du printemps 2020 est venu me faciliter la tâche (mes élèves et étudiants ayant globalement disparu du circuit) et finalement j’ai pu soutenir le 6 novembre dernier.

A posteriori, je vois apparaître mon évolution en tant qu’apprentie chercheuse, tout comme je vois, en parallèle, comment l’accumulation des années d’expérience d’enseignement font de moi l’enseignante que je suis aujourd’hui. C’est amusant de retomber sur mes premiers fichiers de prise de notes ou de réflexion de 2014 ou 2015, c’est un peu douloureux de relire les premières versions des premiers morceaux de chapitres rédigés fin 2017…mais ce qui est le plus fascinant c’est de voir que cette sensation d’avoir avancé et de progresser est valable à chaque instant pour ce que j’ai produit dans la période qui précède. Lorsqu’au printemps de cette année je me suis repenchée sur la thèse pour déterminer ce qui pouvait être modifié ou supprimé pour une publication, j’ai réagi à la relecture des 450 pages de texte comme à la correction d’une copie : devant mon propre travail fini, fignolé et relu des dizaines de fois quelques mois plus tôt, j’avais des foules de remarques et de corrections à proposer. J’avais pris du recul sans m’en rendre compte. Moi qui, malgré le doctorat en poche, me voyais toujours comme l’étudiante de master que j’avais été il y a 10 ans, un peu perdue dans les grands couloirs de la BNF, j’ai soudain réalisé que j’avais parcouru un sacré bout de chemin. Et lorsque, à travers Tolkiendil, j’ai eu l’occasion ces dernières semaines de donner des coups de main, conseiller et corriger de jeunes étudiantes en Master, j’ai compris que j’en étais capable et que oui, si j’étais docteure, c’est que j’avais acquis certaines compétences de chercheuse.

Il y a 7 ans je me suis lancée dans l’aventure sans trop savoir à quoi m’attendre et surtout sans objectif professionnel de recherche derrière. Je souhaitais continuer à apprendre, être stimulée, et toujours chercher le meilleur de moi-même. Et de manière inattendue, j’ai pris goût à la recherche, j’ai tellement aimé mon sujet que j’aimerais pouvoir y consacrer de nombreuses autres années, tout comme j’aimerais accompagner de jeunes étudiants qui tâtonnent à leur tour comme je l’ai fait « il n’y a pas si longtemps ». En fin de compte, j’ai été prise par surprise et j’attends avec impatience la suite…car je sais que je ne suis encore qu’une apprentie chercheuse.

 


Journey of a Researcher’s Apprentice

A week ago, I sent a revised version of my thesis for publication. For the first time in almost 7 years, I no longer have any long-term research work in front of me (even if I still have a talk at a seminar which I am looking forward to) … This symbolic moment led me to reflect on my experience until now.

A week ago, I sent a revised version of my thesis for publication. For the first time in almost 7 years, I no longer have any long-term research work in front of me (even if I have a talk at a seminar which I am looking forward to) … This symbolic moment led me to reflect on my experience until now.

In 2010 and then in 2011, I did two dissertations for my master’s degree in British Civilization (there’s one dissertation for each year of Master’s Degree in France): I plodded blindly onwards, was directed by someone who was not at all familiar with my subjects and I did not do well in my work, the subject of which was far too slippery and (already) multidisciplinary for this first research experience. In 2014, Anne Besson trusted me enough to accept supervising my Ph. D. For nearly a year, then a young teacher (civil servant at the “Education Nationale”), I happily found my way back to the corridors of the Bibliothèque Nationale de France, browsing and trying to map what could allow me to justify, theorize and delimit my thesis subject.

In 2015, I left Paris for a position in the department of Hautes-Pyrénées, I registered for my Ph. D. and, due to a personal life that fell apart, spent a year occupied with other more urgent things. . And then, I realized that living far from big cities is hardly practical for research, but well it kept going. I travelled to Toulouse, Paris, London in 2018, then to Milwaukee in the United States in 2019. My monitoring committee (Isabelle Pantin and Vincent Ferré, many thanks to them again) strongly insisted that I move forward on the structure of the thesis and the writing process. And so little by little it took shape … In the fall of 2019, Anne Besson told me that I had to defend before the end of 2020, huge pressure, I had barely written 2 chapters out of the 8 planned. I gave it a boost, but alongside a job at a new high school in Toulouse, it’s complicated. The lockdown in spring 2020 made my task easier (my pupils and students having generally vanished) and finally I was able to defend on November 6.

In retrospect, I see my evolution as a researcher’s apprentice, just as I observe simultaneously how the years of teaching experience make me the teacher that I am today. It’s fun to have a look at my first notes or reflection files from 2014 or 2015, it’s a bit painful to reread the first drafts for my first chapters written at the end of 2017 … but what is most fascinating is to see that this feeling of improving is valid at all times for what I have produced in the preceding period. When in the spring of this year I looked back at my thesis to determine what could be modified or deleted for a publication, I reacted to the re-reading of the 450 pages of text as to the correction of a student’s exam: reading my own work, polished and corrected dozens of times a few months earlier, I had loads of comments and corrections to implement. I had stepped back without realizing it. Despite having a Ph D., I still saw myself as the master’s student that I had been 10 years ago, a little lost in the large corridors of the BNF – and so I suddenly realized that I had moved forward quite a bit. And when in recent weeks, through Tolkiendil, I had the opportunity to lend a hand, advise and correct young master’s students, I understood that I was capable of it and that yes, if I was a doctor, it is because I had acquired certain research skills.

Seven years ago I embarked on the adventure without really knowing what to expect and especially without a professional research objective in mind. I wanted to continue to learn, to be stimulated, and to always seek the best of myself. And unexpectedly, I loved research, I appreciated my subject so much that I would like to be able to devote many more years to it, just as I would like to accompany young students who in turn struggle as I did “not so long ago”. In the end, I was taken by surprise and am looking forward to the next step…because I know I’m still a researcher’s apprentice.

Sur un réseau international autour de Tolkien

Click here for the English version.

Hier soir, j’ai été prise d’une soudaine envie de m’inscrire à la « Sociedad Tolkien Española », dont je suis de – très loin – les activités depuis quelques temps. Ma to-do list pour l’association Tolkiendil contient l’item « se réinscrire comme smial de la Tolkien Society ». Ma to-do list personnelle inclut « participer/répondre au Tolkien Experience Project » de Luke Shelton.

            Au-delà des problématiques autour de la gestion de mon temps que cela induit, ces éléments me font penser au projet avorté de Louis Epstein (National Tolkien League) dans les années 1980 aux États-Unis : il avait envoyé une lettre à plusieurs dirigeants de communautés de fans et autres fans éminents de l’époque dans l’objectif de fonder un « White Council » qui serait le point de référence pour tous les fans de Tolkien. Le projet était ambitieux et n’a pas du tout trouvé l’écho souhaité auprès des multiples communautés déjà existantes à l’époque (pour de multiples raisons que je détaille dans ma thèse).  

            Ce projet répondait pourtant à des problématiques qui n’ont fait que s’accentuer au fil des décennies, en particulier dans l’ère numérique où les informations circulent vite mais par de multiples canaux jusqu’à nous submerger. Comment produire une recherche qui soit à la fois innovante, pertinente et inclusive dans un contexte de prolifération de sources d’informations ? Comment valoriser les communautés nationales non-anglophones aux yeux à la fois des fans du même pays et de ceux d’autres aires linguistiques ? Est-il envisageable et souhaitable de créer une supra-communauté qui rassemblerait – et le public visé est déjà tout un programme – des fans ou des chercheurs de tous les pays ?

            Les initiatives qui vont dans le sens d’un partage des événements consacrés à l’œuvre de Tolkien et à son étude ne manquent pas, avec en particulier la page Facebook « International Tolkien Fellowship » gérée par Becky Dillon et Marcel Aubron-Bülles, qui communique sur la multitude d’événements dans de multiples langues qui ont lieu à travers le monde. Il y a quelques mois, l’association espagnole (STE) avait contacté Tolkiendil dans l’objectif de lancer un groupe Whatsapp de communication entre administrateurs de communautés européennes, et dans le même temps j’ai répondu à une interview de la part du Smial Montaraz (de la STE donc) pour le compte de Tolkiendil, ce qui va dans le sens de ce rapprochement entre communautés de différents pays. Luke Shelton, éditeur de Mallorn pour la Tolkien Society, a pour projet d’y publier des articles de chercheurs étrangers.

En parallèle, mon activité de recherche et ma participation ou présence à des colloques ou séminaires m’ont amenée à croiser d’autres chercheurs sur l’œuvre de Tolkien ou des sujets proches. La Tolkien Society a par exemple proposé à ce sujet une table ronde volontairement internationale lors de l’Oxonmoot 2020, à laquelle j’ai été invitée (animée par Luke Shelton, sous le nom « New Voices in Tolkien Scholarship »). Lors d’échanges avec Enrico Spadaro (docteur en littérature, il vient de publier sa thèse), il m’avait évoqué l’envie de créer un réseau de jeunes chercheurs autour de Tolkien. Sans aller jusqu’à être un réseau international, cette proposition soulève des questions similaires et complémentaires à celles qui relèvent du réseau de communautés de fans.

Bien évidemment, dans mon expérience personnelle, cela provoque un tourbillon d’envies, sentiments et frustrations liés à ces points :

  • Mes compétences linguistiques me donnent envie de participer à des communautés multiples, d’en connaître les activités, un peu à la manière d’Anders « Beregond » Stenström, Marcel Aubron-Bülles ou Jan Boom… au point de risquer d’être ensevelie sous les informations.
  • Malgré la circulation importante d’information, il est curieux de voir comment les milieux faniques et académiques ne se côtoient encore que de loin (en ce qui concerne la France, les pays anglophones semblent différents en la matière, je ne sais pas pour d’autres pays) : les informations circulent relativement bien (quoique me semble-t-il de manière tronquée), mais les participants bien peu.
  • Quels moyens / vecteurs seraient nécessaires à une meilleure circulation des informations ?
  • Comment favoriser / améliorer les liens internationaux et mieux enrichir mutuellement ces différentes aires de recherches ?
  • Encore plus délicat, une « mutualisation » de la recherche (académique ou amatrice) à l’international et au-delà des publications anglophones, est-elle véritablement souhaitable ? Ne risquerait pas-t-on, du point des communautés, de perdre les identités propres à chaque aire culturelle ?

Je n’ai pas de réponses précises à apporter à ces problématiques, mais j’espère, à terme, pouvoir devenir force de propositions dans ce cadre de réflexion. Vos réflexions et commentaires sont les bienvenus. En attendant, j’ai déjà 10 000 autres projets à mener à bien…


On an international network about Tolkien

Last night I suddenly felt like joining the “Sociedad Tolkien Española”, whose activities I have been following for some time – from far off. My to-do list for the Tolkiendil association contains the item “re-register as a Tolkien Society smial”. My personal to-do list includes “participate / respond to Luke Shelton’s Tolkien Experience Project”.

               Beyond the issues surrounding the management of my time that this entails, these elements remind me of the aborted project of Louis Epstein (National Tolkien League) in the 1980s in the United States: he had sent a letter to several leaders of communities of fans and other prominent fans of the time with the aim of founding a “White Council” which would be the point of reference for all Tolkien fans. The project was ambitious and did not at all find the desired resonance with the multiple communities that already existed at the time (for multiple reasons which I detail in my thesis).

               However, this project responded to issues that have only become more pronounced over the decades, especially in the digital age where information spreads quickly but through multiple channels until it overwhelms us. How to produce research that is at the same time innovative, relevant and inclusive in a context of proliferation of information sources? How to value non-English-speaking national communities in the eyes of both fans of the same country and those of other linguistic areas? Is it conceivable and desirable to create a supra-community which would bring together – and defining the target audience is a challenge per se – fans or researchers from all countries?

               There is no shortage of initiatives aimed at sharing events devoted to Tolkien’s work and his study, in particular with the Facebook page “International Tolkien Fellowship” managed by Becky Dillon and Marcel Aubron-Bülles, which communicates about the multitude of events in multiple languages ​​taking place across the world. A few months ago, the Spanish association (STE) contacted Tolkiendil with the aim of launching a Whatsapp group for communication between administrators of European communities, and at the same time I responded to an interview from Smial Montaraz (of the STE therefore) on behalf of Tolkiendil, which goes in the direction of this rapprochement between communities of different countries. Also, Luke Shelton, Mallorn’s editor for the Tolkien Society, is pushing for a better integration of foreign research papers.

               At the same time, my research activity and my participation or attendance at conferences or seminars have led me to meet other researchers on Tolkien’s work or related subjects. For example, the Tolkien Society proposed a deliberately international roundtable on this subject at Oxonmoot 2020, to which I was invited (moderated by Luke Shelton, under the name “New Voices in Tolkien Scholarship”). During discussions with Enrico Spadaro (PhD in literature, he has just published his thesis), he had mentioned to me the desire to create a network of young researchers around Tolkien. Without going so far as to be an international network, this proposal raises similar and complementary questions to those pertaining to the network of fan communities.

               Obviously, in my personal experience, this causes a whirlwind of envies, feelings and frustrations related to these points:

  • My language skills make me want to participate in multiple communities, to know their activities, a bit like Anders “Beregond” Stenström, Marcel Aubron-Bülles or Jan Boom… to the point of risking being buried under the information.
  • Despite the significant amount of information going around, it is curious to see how fan and academic circles still only come together from afar (with regard to France, the English-speaking countries seem different in this area, I don’t know for sure about other countries): the information circulates relatively well (although it seems to me in a truncated way), but the participants do so very little.
  • What means / vectors would be necessary for a better circulation of information?
  • How to promote / improve international links and better mutually enrich these different areas of research?
  • Even more touchy: is a “common pool” of scholarship (be it academic or fanic) on the global level and beyond the English-speaking world really something to wish for? Wouldn’t we risk, from the fandom point of view, losing the identities proper to each cultural area?

               I have no specific answers to these issues, but I hope, in the long term, to be able to suggest solutions and improve the situation. Your thoughts or insights on this are most welcome. In the meantime, I already have 10,000 other projects to see through…

Mises à jour / Updates

Mise à jour / update du 17 février 2021 :

Site intégralement traduit en anglais (rubrique “English Version” en haut à droite).

The website pages are now fully available in English (click on “English Version” on the menu above).

Mise à jour du 15 février 2021 :

Refonte complète du site post-soutenance : réorganisation des annexes en pages, ajout de quelques références en “sitographie”, réorganisation de la page “A propos”, création du “blog”, préparation d’une version anglaise du site.

Mise à jour du 6 novembre 2020 :

Ajout de coquilles dans l’Errata.

Mise à jour du 8 septembre 2020 :

  • Définitions dans la catégorie “Personnes” de l’Index complétées.

Mise à jour du 4 septembre 2020 :

  • Index complété avec définitions (sauf pour la catégorie “Personnes”) et des liens vers les fanzines externes
  • Ajout d’une page “Errata”

Bienvenue !

Ce blog répond à deux objectifs:

  • le premier est de proposer des annexes numériques à ma thèse sur la réception de l’oeuvre de Tolkien par ses fans (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, 1954-1992, soutenance prévue en novembre 2020).
  • le deuxième sera d’être une plateforme pour rassembler toute la documentation utile aux autres chercheurs sur le sujet, et d’alimenter l’actualité de la recherche autour des fans de Tolkien.

An English version of these pages will soon be online. Please be patient.